Nouvelles

Entrepreneurs culturels et créatifs recherchés!

Programme : Le Petit Bassin
Accélérateur : La Piscine (Montréal)
Date limite : 21 septembre 2018

La Piscine est fière de lancer le Petit Bassin, un nouveau programme d’accélération gratuit en partenariat avec Loto-Québec et la Caisse de la Culture Desjardins.

Poursuive la lecture « Entrepreneurs culturels et créatifs recherchés! »

Offre d’emploi: coordonnateur / coordonnatrice de programmes

Le Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec est à la recherche d’une personne méthodique et rigoureuse pour coordonner la mise en oeuvre de programmes d’accompagnement pour des PME technologiques et innovantes (startups).

De concert avec le directeur général et l’équipe du Mouvement, ainsi qu’en collaboration avec directeurs et directrices des accélérateurs du Mouvement, cette personne exercera son leadership au sein d’un réseau d’acteurs clés de l’écosystème entrepreneurial au Québec.

Les candidatures seront acceptées jusqu’au 20 juillet.

Pour le détail, consultez la description du poste.

Louis-Félix Binette nommé directeur général du Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec

Le Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec (MAIN) est fier d’annoncer la nomination de M. Louis-Félix Binette à titre de directeur général de l’organisation, dont il est cofondateur. Louis-Félix Binette assurait depuis maintenant près de deux ans le rôle d’administrateur et de coordonnateur de cette organisation à but non lucratif.

À titre de directeur général du Mouvement, il aura pour objectif de veiller à la réalisation de la mission du Mouvement, soit de renforcer la cohésion, l’expertise et l’efficacité de son réseau d’accélérateurs et d’incubateurs et d’avoir un effet multiplicateur sur leur impact dans le développement de l’entrepreneuriat et de l’innovation au Québec.

Louis-Félix Binette

Ancien diplomate devenu entrepreneur et stratège réputé, M. Binette gravite dans l’écosystème entrepreneurial québécois depuis maintenant près d’une décennie. Instigateur et collaborateur de nombreuses initiatives rassembleuses, M. Binette a contribué à la mise en place des chapitres montréalais de mouvements mondiaux tel CreativeMornings et FUN. Il est un collaborateur de la première heure du grand rassemblement entrepreneurial Expo Entrepreneurs. Il est également cofondateur de l’entreprise Escouade génie collectif, où il agit à titre de conseiller stratégique.

Gouvernance du Mouvement

Depuis sa constitution formelle en 2016, le Mouvement s’est doté d’un modèle de gouvernance rigoureux. Les membres du conseil d’administration sont des représentants des incubateurs et accélérateurs constituant le réseau MAIN, sous la présidence de M. Sébastien Tanguay, directeur principal de l’incubateur accélérateur d’entreprises technologiques LE CAMP, de Québec.

Consultez la liste complète des membres du conseil d’administration.

Croissance des PME technologiques et innovantes : les accélérateurs et incubateurs du Québec mis à contribution

Le Plan économique du Québec de mars 2018, présenté le 27 mars dernier, reconnaît le rôle crucial des PME non seulement comme source d’innovation et de création d’emplois mais comme force de transformation de l’économie québécoise. Certaines mesures de développement économique prévues au Budget 2018-2019 du gouvernement du Québec visent notamment à stimuler la croissance des PME, reconnaissant que leurs ressources généralement plus limitées les empêchent parfois de réaliser les investissements nécessaires pour la soutenir.

Le Plan va jusqu’à reconnaître l’apport unique et souvent majeur des accélérateurs et incubateurs sur la progression des projets entrepreneuriaux : « En mettant à la disposition des entreprises en démarrage divers services d’accélération, de développement et de financement, les accélérateurs et les incubateurs permettent aux entrepreneurs de démarrer leurs projets d’affaires dans les meilleures conditions. » Une part des sommes accordées en appui à ce maillon important de la chaîne de développement des entrepreneurs sont attribuées à la MAIN, « premier regroupement à l’échelle québécoise d’accélérateurs et d’incubateurs d’entreprises technologiques et innovantes ».

Ce soutien bonifiera les services qu’offrent les accélérateurs et incubateurs de la MAIN sous forme d’interventions-conseils à leur clientèle d’entreprises technologiques, afin que celles-ci se trouvent « mieux préparées pour attirer des investissements pour financer leur croissance ». En passant par le réseau de la MAIN, cette aide soutiendra du même coup « le renforcement de la coopération technique et financière entre les incubateurs, les accélérateurs, les fonds d’investissement et les regroupements de recherche et d’innovation actifs au Québec ».

Au cours des prochaines semaines, le Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec travaillera de pair avec les représentants gouvernementaux et les acteurs de l’écosystème entrepreneurial québécois afin d’assurer des retombées optimales pour la croissance des PME technologiques et innovantes partout au Québec. Les détails du programme seront annoncés ultérieurement.

* Pour consulter la section du Plan économique du Québec intitulée « Appui aux accélérateurs et aux incubateurs d’entreprises » [PDF], d’où sont extraites les citations du présent article, cliquez ici.

À propos de la MAIN

Le Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec (la MAIN) est un réseau d’incubateurs et d’accélérateurs québécois. Il a été formellement créé en 2016 avec la mission de renforcer la cohésion, l’expertise et l’efficacité de ses membres et d’avoir un effet multiplicateur sur leur impact dans le développement de l’entrepreneuriat et de l’innovation au Québec.

Concrètement, les objectifs du Mouvement sont :

  • de favoriser les collaborations entre les accélérateurs et incubateurs en assurant notamment une gestion et un partage plus efficaces des ressources, connaissances et pratiques créées et mobilisées dans son réseau  ;
  • d’augmenter le nombre et la qualité des projets entrepreneuriaux accompagnés, le niveau de service offert ainsi que la valeur créée par son réseau ;
  • de renforcer la représentation de son réseau ainsi que la compréhension du rôle et de l’impact de l’accélération et de l’incubation d’entreprises auprès des acteurs de l’écosystème entrepreneurial.

Le Plan d’action gouvernemental en entrepreneuriat soutient les startups, accélérateurs et incubateurs

Le 23 mars dernier, le gouvernement du Québec dévoilait son Plan d’action gouvernemental en entrepreneuriat 2017-2022. Intitulé Oser entreprendre, le PAGE propose 34 mesures sur quatre axes d’intervention qui mobilisent les entrepreneurs, les organisations publiques et les partenaires privés.

La mesure 8, Accompagnement pour l’accélération de la croissance, prévoit l’injection de sommes supplémentaires entre 2018 et 2020 afin de permettre aux PME innovantes d’accélérer leur croissance et de se démarquer à l’international. « L’objectif sera de permettre l’accompagnement d’un plus grand nombre de PME innovantes par des organismes se consacrant au développement des entreprises, afin qu’elles accélèrent leur croissance et se démarquent à l’échelle mondiale. »

Le PAGE permet par ailleurs au gouvernement du Québec de mettre à jour ses définitions de certains concepts-clés de l’entrepreneuriat. Parmi celles-ci, retenons :

  • Accélérateur : organisme ou structure qui soutient, sur une courte période, les entreprises en démarrage axées sur la croissance à l’aide de formations, de mentorats et de financement de courte durée.
  • Incubateur : organisme ou structure qui offre des services d’accompagnement aux entreprises innovantes en démarrage, dans le but d’améliorer leurs chances de succès. L’aide spécialisée qui est offerte aux entreprises est un accompagnement d’affaires. Dans certains cas, elle comprend l’accès à des infrastructures de laboratoire, à des équipements scientifiques ou à un soutien financier.
  • Startup : entreprise ayant une ambition mondiale et étant à la recherche d’un modèle économique qui lui assurera une croissance forte et rapide (sur une période de un à trois ans). Ce type d’entreprise vit une situation de risque où les probabilités de réussite ne sont pas connues et ne peuvent être raisonnablement estimées. La startup est souvent une entreprise créée depuis moins de deux ans. Il peut toutefois s’agir aussi d’une entreprise plus âgée qui entreprend une transformation et qui se dote d’un nouveau modèle d’affaires. Sa valeur repose en tout ou en partie sur les technologies numériques et leur appropriation dans tous les secteurs.